::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Vendredi 25 septembre 2015 Numéro 935
Aujourd'hui en veille
Dépôt d'une pétition à l'Assemblée nationale concernant l'expulsion de l'école des enfants autistes
La FQA dénonce les propos de François Blais sur l'expulsion de l'école des enfants autistes
L'AQRIPH interpelle le premier ministre
Le cri du coeur de deux mères d'enfants ayant des incapacités
Une nouvelle urgence pédopsychiatrique à l'Hôpitale Rivière-des-Prairies
Une nouvelle émission d'humour sur thème du handicap
De la danse intégrée pour les petits et les grands chez Corpuscule Danse cet automne!!!


Une nouvelle émission d'humour sur thème du handicap
»» retour en haut

Paru le vendredi 25 septembre 2015 sur Journal de Montréal

Source
http://www.journaldemontreal.com/2015/09/24/la-revanche-des-personnes-handicapees


La revanche des personnes handicapées
MARC-ANDRÉ LEMIEUX
Jeudi, 24 septembre 2015 22:31MISE à JOUR Jeudi, 24 septembre 2015 22:31
Curieux timing. Au moment où Mike Ward passe en cour pour ses blagues sur «le petit Jérémy», Z et Louis Morissette lèvent le voile sur Gang de malades, une nouvelle émission de caméra cachée mariant humour et personnes handicapées.

Sur papier, Gang de malades fait certes sourciller. On parle de personnes handicapées qui exploitent leurs propres limitations pour piéger la population. Pensez aux Détestables, mais remplacez les aînés par des aveugles, des nains, des amputés et des paraplégiques. En d’autres mots, ça sent la controverse à plein nez. Mais après avoir vu les deux premiers épisodes de cette série animée par Pierre Hébert et produite par KOTV, la boîte de Louis Morissette, force est d’admettre qu’on voit mal comment ces deux derniers pourraient être traînés en justice pour leurs gags.

Un emballeur pas comme les autres

Tourné dans une épicerie, le premier sketch met en vedette Gabriel, un jeune homme atteint de trisomie 21. Chargé d’emballer les achats des clients, il ruine chaque panier d’épicerie en écrasant leur pain, en mangeant leurs chips ou encore en buvant leurs canettes de Coke. Réaction des victimes? Elles sourient poliment, ne sachant trop quelle attitude adopter.
Plus tard, une naine et une personne en fauteuil roulant se chicanent en plein stationnement pour savoir qui pourra garer son auto dans le dernier espace libre pour handicapés, une non-voyante retourne un dildo dans une Cage aux sports, une personne amputée des deux bras demande à faire du kayak et deux aveugles jouent au badminton dans un parc (pas besoin de dire que les échanges sont de courte durée).

Gang de malades a beau mêler humour et handicap, un cocktail explosif pour
lequel Mike Ward subit présentement un procès, Pierre Hébert ne trace aucun parallèle entre les deux affaires. «Dans Gang de malades, c’est les handicapés les winners. C’est eux qui font les gags. Ils prennent leur revanche pour toutes les fois où ils ont fait rire d’eux», note l’humoriste.

«On ne rit pas du handicap; on rit du malaise des gens avec leur handicap», ajoute Dominic Anctil, producteur au contenu chez KOTV.

Plusieurs précautions

Étant donné la nature du projet, Gang de malades a nécessité beaucoup, beaucoup de précautions, tant du côté des producteurs que de celui du diffuseur. KOTV a d’ailleurs consulté plusieurs associations de personnes handicapées avant même d’entamer les tournages au printemps, histoire de valider non seulement le titre, mais certaines mises en situation possiblement litigieuses. «On ne voulait pas se taper une polémique», explique Louis Morissette, qui avait dû éteindre plusieurs feux après le Bye Bye 2008.

Les organismes ont accueilli le projet avec «beaucoup de scepticisme», admet Morissette. «Mais aujourd’hui, ils sont très contents. Ils trouvent que c’est fait avec respect», clame le concepteur.

Le diffuseur a tenu le projet top secret durant toute sa création, et même dans les jours précédant le visionnement de presse. Le directeur des programmes de Z, Jacques Mathieu, savait qu’il risquait de s’attirer les foudres d’une partie du public en dévoilant le concept de Gang de malades sans montrer d’extraits, laissant libre cours à toutes sortes de suppositions. «On voulait que les gens voient avant de juger», indique-t-il.

Louis Morissette tentera d’exporter Gang de malades à l’international le mois prochain au MIPCOM de Cannes.
♦ Gang de malades sera présentée à Z dès le 26 octobre.
CE QU’ILS ONT DIT...

«C’est génial. On voit des personnes sans limitations interagir avec des trisomiques, des non-voyants... C’est bien qu’on mette des personnes handicapées à l’écran. On n’en voit pas assez.»–Linda Gauthier, présidente du conseil d’administration du RAPLIQ, une association de défense et revendication des droits des personnes en situation de handicap

«Ça provoque des rires qui font réfléchir. Cet humour ne va peut-être pas plaire à tout le monde, mais il devrait avoir des répercussions très positives sur notre façon de voir les personnes handicapées.»–Monique Lefebvre, directrice générale d’AlterGo, une organisation militant pour l’inclusion sociale des personnes ayant une limitation fonctionnelle

«Pour une fois, ce sont [les personnes handicapées] qui rient des autres. Elles prennent leur revanche. Elles prennent leur place. On rit avec elles. On est complice.»–Sarah Rouleau, relationniste pour la Fondation des aveugles du Québec


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2019 l'inclusif