::  L'inclusion imagée
::  L'historique
::  La mission
::  Le contenu
::  Un mot sur l'équipe
::  Pour diffuser dans l’Inclusif
::  Contribution volontaire
::  Contactez-nous
L’Inclusif est une infolettre ayant pour mission de rapporter l’actualité touchant à la participation sociale des personnes ayant des incapacités au Québec. Elle est publiée deux à trois fois par semaine.

Son contenu est constitué principalement d’articles et de nouvelles provenant des différents médias du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs.

Recevoir l’Inclusif :

Se désabonner de l’Inclusif :

Rechercher par date :

:: Dernier numéro :: 2016
:: 2015 :: 2014
:: 2013 :: 2012
:: 2011 :: 2010
:: 2009 :: 2008
:: 2007 :: 2006
:: 2005 :: 2004
:: 2003
:: À voir, à faire
:: Documents de l'inclusif

Rechercher un lien :

:: Autres médias sur le handicap
:: Organismes publics
:: Habitudes de vie
:: Milieu associatif
:: Pages persos
 

 
Mardi 13 octobre 2015 Numéro 939
Aujourd'hui en veille
Lancement du Plan d'action en santé mentale 2015-2020
L'AGIDD-SMQ commente le Plan d'action en santé mentale
Le RPCU salue le Plan d'action en santé mentale
Le PQ déçu par le Plan d'action en santé mentale
Plan d'action en santé mentale - « Beaucoup de mots pour pas grand chose » : Amir Khadir
L'APM considère que le Plan d'action en santé mentale renferme trop peu d'actions
L'ordre des psychologues du Québec offre sa collaboration pour la mise en oeuvre du Plan d'action en santé mentale
La CSN considère le Plan d'action en santé mentale comme tape-à-l'oeil
Plan d'action en santé mentale 2015-2020 : sans ressources supplémentaires, un vœux pieux, selon l'APTS
l'AQIS souligne de belles réussites d'inclusion en éducation tout en s’inquiétant des réductions budgétaires
L'inaccessibilité des bureaux de vote
Semaine québécoise du traumatisme craniocérébral
Claudia Larochelle, nouvelle porte-parole de Vue et voix


L'inaccessibilité des bureaux de vote
»» retour en haut

Paru le jeudi 8 octobre 2015 sur Le Devoir

Source
www.ledevoir.com/politique/canada/451919/mobilite-reduite-des-bureaux-de-vote-hors-de-portee

MOBILITÉ RÉDUITE
Des bureaux de vote hors de portée
7 octobre 2015 |Sarah R. Champagne | Canada
Bien que les bureaux de scrutin se doivent d’être accessibles pour les personnes à mobilité réduite, des exemptions ont été accordées.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir
Bien que les bureaux de scrutin se doivent d’être accessibles pour les personnes à mobilité réduite, des exemptions ont été accordées.
Les directeurs de scrutin ont l’obligation de trouver des bureaux de vote offrant un accès de plain-pied, en plus de garantir l’accessibilité selon d’autres critères aux personnes à mobilité réduite. Mais les exemptions sont trop faciles à obtenir, selon le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ).

La porte-parole du groupe, Linda Gauthier, affirme avoir reçu de nombreuses plaintes dans les derniers jours portant sur le fait que plusieurs bureaux sont hors d’accès, notamment aux fauteuils roulants.

Du côté d’Élections Canada, on estime que 96 % des bureaux de vote à l’échelle du Canada répondent aux critères et que 2,1 % des bureaux ne sont pas accessibles aux fauteuils roulants. Au Québec, la proportion est moindre : 93 % des bureaux de vote répondent aux 35 critères d’accessibilité, dont 15 obligatoires tels qu’une largeur minimale des portes et des corridors.

Alors que la responsabilité incombe au directeur de scrutin de dénicher ce type de local, Mme Gauthier déplore qu’elle doive revendiquer à nouveau l’accessibilité : « Élections Canada avait fait ses devoirs, mais maintenant, on se retrouve encore avec le fardeau de nous accommoder nous-mêmes », expose-t-elle.

Mme Gauthier reste en outre avec l’amère impression que certains directeurs de scrutin « n’ont tout simplement pas cherché » de bureau de vote de remplacement. Elle cite à ce titre un local situé au deuxième étage de l’auditorium de Verdun, alors qu’il n’y a pas d’ascenseur, quand une grande résidence pour personnes âgées se trouve à proximité, selon ses informations.

Les personnes en situation de handicap, tout comme l’ensemble des électeurs, peuvent choisir d’exercer leur droit de vote par la poste, indique une porte-parole d’Élections Canada, Francine Bastien. Le RAPLIQ plaide qu’ils aimeraient pouvoir bénéficier de toutes les mêmes possibilités qu’un citoyen sans handicap, « une question de principe et de dignité ».

« Nous essayons de rendre le processus le plus simple possible, mais nous sommes conscients qu’il y a beaucoup d’informations à assimiler », reconnaît Mme Bastien.

Stimuler le vote

L’agence Élections Canada a pourtant entrepris, conformément à sa mission, de rejoindre davantage d’électeurs dans les dernières années. Devant le faible taux de participation des jeunes, 39 % aux dernières élections, ils ont notamment cherché des moyens additionnels pour les rejoindre. « Il a été démontré que plus on vote jeune, plus on conserve l’habitude de voter », explique Mme Bastien.

Dans le cadre d’un projet-pilote, 39 bureaux de vote sont installés jusqu’à jeudi cette année dans les campus à travers le Canada.

Le vote par anticipation, de plus en plus populaire, compte également une journée supplémentaire par rapport aux dernières élections fédérales. En 2011, 2,1 millions de Canadiens s’étaient rendus aux urnes lors d’une des trois journées de vote par anticipation, soit 38 % de plus qu’en 2008.

Les électeurs incarcérés avaient quant à eux l’occasion de voter pour une journée seulement, mardi. Ils seraient de plus en plus nombreux à le faire depuis les pénitenciers fédéraux et les établissements correctionnels, soit 45 % de 38 000 personnes en 2011. Au total, 19 000 bureaux de vote sont mis en place pour cette élection.


»» retour à liste des articles
 
 
Conception site Web: www. graphigne.com tous droits réservés © 2019 l'inclusif